Témoignage : Réduction embryonnaire, un choix difficile (deuxième partie)

Après les réflexions, vient le moment de la décision. La meilleure décision pour Manon et Jérémy.

Ceci est la suite (et fin) du témoignage de Manon. Vous pouvez lire ou relire, la première partie par ici.

« Petit à petit, jour après jour notre réflexion a cheminé, jusqu’au moment où l’on nous a dit : « Ne pensez pas qu’aux conséquences médicales pour vous ou vos enfants, pensez à votre vie. Que voulez-vous comme vie au quotidien et que voulez-vous pour votre couple ? » A partir de là, d’autres éléments sont venus nourrir notre réflexion. Et un jour nous nous sommes décidés.

Nous avons confirmé notre rendez-vous pour l’intervention. Nous nous sommes sentis plus légers, c’est ainsi que nous avons compris que nous avions pris la bonne décision, pour NOUS

Le 30 décembre 2020 : l’intervention. Elle s’est bien passée : c’était rapide, sans douleur physique, beaucoup d’émotions, de la peur. Il fallait ensuite attendre une dizaine de jours pour savoir si les deux autres embryons s’étaient bien accrochés. J’étais à 14 semaines. 

Je suis restée confiante malgré une petite pointe d’appréhension au fond de moi. J’ai tout de suite rassuré les deux embryons restant et j’ai écrit. J’ai écrit leur histoire et commencé le deuil de ce 3e que je ne connaîtrais jamais.

Jérémy n’était pas à l’intervention car il devait tenir ouvert le magasin. Il était anxieux et soulagé de savoir que l’intervention s’était bien passée. Encore aujourd’hui, il n’a pas vraiment fait le deuil.

J’ai donc commencé mon second trimestre et la nouvelle année 2021 enceinte de jumeaux et c’est vraiment à ce stade que j’ai réellement pris conscience que j’étais enceinte et que j’ai pu profiter de cet état merveilleux. Ce fut de courte durée puisque j’ai été mise en alerte d’accouchement prématuré à 23 semaines, puis un accouchement à 32+4, mais ça c’est une autre histoire. Celle de la prématurité, de l’accompagnement au combat pour la vie. Je pourrai vous la raconter un jour si vous voulez. 

Aujourd’hui, nous nous sentons heureux, Lila et Malo sont en pleine forme, la prématurité semble loin derrière nous. Nous ressentons du soulagement, je dois le dire, lorsque nous voyons notre quotidien avec deux bébés, je me demande souvent ce que cela aurait été avec 3 ? Nous y mettons de l’humour aussi lorsque je partage notre histoire, on explique que l’acupuncture pour booster l’ovulation, chez nous, ça a bien fonctionné.

J’ai pris le temps d’écrire tous ces événements, d’écrire à mes enfants leur histoire et leur début d’aventure à 3. Cela m’a beaucoup aidé. Je n’ai pas réussi à entrer en contact  avec des parents qui ont vécu la même chose, d’où mon témoignage aujourd’hui. En revanche, j’ai pu discuter avec beaucoup de mamans qui ont eu d’autres histoires, mon métier de commerçant de proximité me permet aussi de nouer des relations et de partager. »

Lire plus de témoignages sur le Quatrième trimestre.

Vous pouvez également suivre Le Quatrième trimestre sur Instagram ou écouter le podcast.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Qui a dit que la grossesse ne durait que neuf mois ?

🎙 Saison 1 disponible (15 épisodes)
🎙 Saison 2 disponible (15 épisodes)
🎙 Saison 3 en cours
📖 Magazine #1 en vente
📖 Magazine #2 en vente
📖 Magazine #3 en vente

Média sur le post-partum

Je m’appelle Sophie, je suis journaliste et l’heureuse maman d’un petit garçon né en octobre 2019. Après sa naissance, je me suis vite rendue compte que la grossesse ne s’arrête pas au bout de neuf mois. Car oui, il existe bien un quatrième trimestre, une période où la maman va avoir besoin de se reposer afin de récupérer et reprendre des forces. J’ai donc décidé de mettre mes compétences de journaliste au profit de cette thématique à travers un compte Instagram, un podcast et un magazine.

📧 Newsletter

Le podcast, les articles et des bonus directement dans votre boîte mail (le tout garanti sans spam !) :

Instagram