Témoignage : Le RGO, cet enfer

Mylène avait déjà partagé son témoignage ici lors de son premier post-partum « Une fatigue anormale après l’accouchement ». Après ces complications et pour l’arrivée de son second bébé, Mylène a tout préparé pour vivre le plus sereinement possible son quatrième trimestre. Mais c’était sans compter sur le reflux gastro œsophagien de son nourrisson.

 » La naissance de notre fils a été magique. Malgré une haute voltige, j’ai réussi à donner naissance sans péridurale pour vivre pleinement l’expérience de l’enfantement ; mon rêve de femme. J’étais en pleine forme pour entamer mon post-partum et celui-ci avait été soigneusement préparé en amont avec mon mari :

  • Du cododo et du lâcher prise.
  • Un roulement de menus et de courses alimentaires spécialement pensées pour la période post-partum (du chaud, des vitamines, des minéraux, des liquides…)
  • Tous les soins, et compléments alimentaires et tisanes dont j’aurais besoin avaient été achetés au préalable.
  • Une doula devait venir me rendre visite plusieurs fois, pour nous épauler.
  • Des « milk station » comme je les appelais, étaient prêtes à accueillir mes moments d’allaitements avec de quoi boire ou croquer dans une energy ball 
  • J’avais prévu de passer 1 heure par jour en tête à tête avec mon aînée.

J’avais averti que je ne verrai pas grand monde pendant cette période pour me reposer, rester allongée au maximum mais aussi créer du lien entre les différents membres de ma famille.

Tout s’est merveilleusement bien déroulé pendant 3 semaines malgré la tempête émotionnelle que vivait mon aînée de 16 mois vis-à-vis de moi.

Et pour cause ; plus le temps passait, plus bébé réclamait le sein, se laissait de moins en moins poser et pleurait de plus en plus !

Je sentais que quelque chose ne se déroulait pas comme prévu et c’est ainsi que nous nous sommes tous les 4 littéralement crashés alors que le premier mois n’était même pas terminé.

C’est une amie, dont les bébés étaient RGO (reflux gastrique œsophagien) que j’ai appelé inquiète et c’est elle qui a confirmé notre crainte ; notre bébé souffrait sans doute d’un RGO.

Trop tard, le RGO qui jusque-là n’avait pas été identifié car interne (pas de régurgitations visibles) avait déjà fait beaucoup de mal et notre bébé souffrait d’une œsophagite (inflammation de l’œsophage). C’est à ce moment-là, que nous avons réellement touché le fond. Bébé ne dormait plus qu’à la verticale sur nous et ce, uniquement quand il était exténué d’avoir trop pleuré. Nous avons vécu 2 mois d’enfer. Les boules quiès étaient notre seul exutoire, rien ne le consolait…Il pleurait 8 h par jour. Quand il ne pleurait plus, j’entendais des pleurs fantômes.

Nous avons tout essayé, homéopathie, régime d’éviction des PLV (protéines de lait de vache) et allergies croisés, ostéopathes, chiropracteurs, IBLC, mais le RGO ne le quittait pas. Cette période a duré jusqu’à ce que l’on mette un traitement IPP en place (inhibiteur de pompe à protons).

Une fois que le traitement a fait effet, nous avons enfin découvert les yeux, et le sourire de notre enfant. « 

Plus de témoignages


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui a dit que la grossesse ne durait que neuf mois ?

🎙 Saison 1 disponible (15 épisodes)
🎙 Saison 2 en cours
📖 Magazine #1 en vente
📖 Magazine #2 en vente

Média sur le post-partum

Je m’appelle Sophie, je suis journaliste et l’heureuse maman d’un petit garçon né en octobre 2019. Après sa naissance, je me suis vite rendue compte que la grossesse ne s’arrête pas au bout de neuf mois. Car oui, il existe bien un quatrième trimestre, une période où la maman va avoir besoin de se reposer afin de récupérer et reprendre des forces. J’ai donc décidé de mettre mes compétences de journaliste au profit de cette thématique à travers un compte Instagram, un podcast et un magazine.

📧 Newsletter

Le podcast, les articles et des bonus directement dans votre boîte mail (le tout garanti sans spam !) :

Instagram