Etre mère sans s’oublier, mission impossible ?

Etre mère sans s’oublier, c’est un sacré challenge mais c’est aussi le titre de l’ouvrage de Soline Bourdeverre-Veyssiere dans lequel elle répertorie 40 ressources pour prendre du temps pour soi.

Tout d’abord, qui êtes-vous ?

« Bonjour. Je suis Soline. J’ai 36 ans. Femme, maman, fille, sœur, amie, enseignante, autrice, militante, partageuse sur les réseaux sociaux… et tant d’autres choses à la fois. 
Je suis engagée dans le respect en général :
1. Le respect de soi d’abord (prendre soin de soi, la connaissance et l’acceptation de soi) ;
2. Le respect des autres (je partage beaucoup sur l’accompagnement respectueux de l’enfant, et sur d’autres formes d’oppression/domination comme le sexisme) ;
3. Le respect de la planète et de l’environnement en général. Ecologie intérieure et extérieure sont liés. Pour moi, il est important de communiquer sur tout cela afin que l’on ne puisse plus dire « On ne savait pas ».

J’écris sur de multiples supports. Sur un blog, sur les réseaux sociaux, dans des livres pour adultes comme des albums jeunesses. A ce jour, j’ai 8 livres édités ; pleins d’autres arrivent pour 2021. »

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire cet ouvrage ?

 » Quand on parle d’accompagnement respectueux, j’observe qu’on évoque souvent l’enfant lui-même ainsi que la relation adulte-enfant… mais finalement assez peu ce qui se passe en l’adulte. Devenir parent c’est un tsunami, un chamboulement, une remise en question permanente. On peut penser culpabilité, mise de côté de ses besoins car on peut le croire en opposition avec ceux de l’enfant, etc. J’ai voulu montrer que prendre soin de soi en tant qu’adulte est prioritaire. »

– En devenant mère, on se met de côté pour subvenir aux besoins de ce petit être dépendant qui vient de naître. A quoi faut-il faire attention, avant la goutte d’eau de trop ?

 » Il faut faire attention à soi tout simplement. A ses besoins. Nous sommes tous différents donc les signes seront très divers d’un individu à l’autre. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour éviter d’en arriver à un burn out maternel. »

– Trouver un équilibre est très difficile au début de la maternité. Mais pourquoi est-ce si important de prendre soin de soi ?

 » Les débuts de la maternité sont les plus durs car on sait que les besoins d’un nouveau-né ne peuvent être différés dans le temps. Ce qui est moins le cas à mesure que l’enfant grandit. Il s’agit de trouver de quoi s’oxygéner comme le nageur entre deux brasses en somme, afin de ne pas couler. Chaque bouffée d’air est vitale. »

– Quand on parle de « prendre du temps pour soi », on pense à une séance de massage, un rendez-vous chez le coiffeur. Mais finalement, on peut s’octroyer des plaisirs beaucoup plus simples ?

 » Tout à fait. « Prendre du temps pour soi » ne veut pas forcément dire partir 2 heures hors de la maison, ni être seule d’ailleurs. ça peut être plusieurs moments dans la journée, même très courts, à côté de son enfant. Pourvu que l »on fasse quelque chose de nourrissant. Mais tout ne nous nourrit pas de la même façon. A chacun de trouver.

J’ai, de fait, élaboré la formule mnémotechnique ANCRER (Agréable, Nourrissant, Court et Calme, Ressourçant, En conscience, Réalisable) pour aider chacun à trouver ses moments ressources. »

– Vous, quel est votre mantra préféré, en tant que maman ?

 » Souviens-toi que le jour où tu plantes la graine n’est pas le jour où tu manges le fruit. 

Tout prend du temps… »

– Finalement, être mère sans s’oublier : mission impossible ?

 » Mission possible… mais qui dit possible ne veut pas forcément dire facile.

Cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Cela demande du temps et une reprogrammation de son cerveau pour changer de paradigme. Faire de soi une priorité est souvent perçu comme du pur égoïsme mais c’est simplement de l’égoïsme bienveillant, vital et nécessaire. A l’image de cette métaphore du moment de la dépressurisation dans l’avion. Avec un enfant, qui met son masque en premier? L’adulte évidemment…

Prendre soin de soi n’est pas impossible mais parfois il faut savoir se faire accompagner (par un livre, un.e ami.e, un thérapeute, une personne inspirante que l’on va suivre sur les réseaux sociaux, etc.), dire stop à la culpabilisation flagellation et à la comparaison.

Tout ceci va de paire avec l’amour de soi et l’acceptation de soi. Se cocooner et s’envelopper de douceur et d’amour, et ça, beaucoup de personnes ne sont pas prêtes à cela. C’est un cheminement. Et, comme pour tout voyage, il faut se laisser du temps. »

Le blog de Soline : http://www.seveilleretsepanouirdemaniereraisonnee.com/


2 Replies to “Etre mère sans s’oublier, mission impossible ?”

  1. Barrier

    Félicitations, pour mettre les mots et mettre en avant ce qui à été tout le contraire des précédentes générations, dû à l’éducation !!
    Je suis très fière de toi !!
    M.G.

  2. Bonnivard

    Merci pour ces mots qui résonnent en moi.. maman de deux enfants (6 et 1 an) et je suis à bout!
    Moi qui suit soi disant forte et bien là, je l’épuise.. alors vos mots sont tellement vrais et me parlent.. alors merci merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui a dit que la grossesse ne durait que neuf mois ?

🎙 Saison 1 disponible (15 épisodes)
🎙 Saison 2 disponible (15 épisodes)
🎙 Saison 3 en cours
📖 Magazine #1 en vente
📖 Magazine #2 en vente
📖 Magazine #3 en vente

Média sur le post-partum

Je m’appelle Sophie, je suis journaliste et l’heureuse maman d’un petit garçon né en octobre 2019. Après sa naissance, je me suis vite rendue compte que la grossesse ne s’arrête pas au bout de neuf mois. Car oui, il existe bien un quatrième trimestre, une période où la maman va avoir besoin de se reposer afin de récupérer et reprendre des forces. J’ai donc décidé de mettre mes compétences de journaliste au profit de cette thématique à travers un compte Instagram, un podcast et un magazine.

📧 Newsletter

Le podcast, les articles et des bonus directement dans votre boîte mail (le tout garanti sans spam !) :

Instagram